Voix des diasporas et des musées au prisme de l’association Alter Natives

Dans l’ouvrage Restituer le patrimoine africain (2018 : 13), Felwine Sarr et Bénédicte Savoy écrivent que “Derrière le masque de la beauté, la question des restitutions invite (…) à mettre le doigt au cœur d’un système d’appropriation et d’aliénation, le système colonial, dont certains musées européens, à leur corps défendant, sont aujourd’hui les archives publiques.” (Je souligne). Cette étude vise à interroger les questions sous-jacentes aux propos cités ci-dessus : les liens complexes, y compris discursifs, entre patrimoine et histoire coloniale ; l’accès à ce patrimoine conservé dans les musées en France par une jeunesse issue des diasporas africaines tiraillée entre “un ici” et “un là-bas », ainsi que les tensions et asymétries de pouvoir se jouant dans les tentatives créatives de se ré-approprier celui-ci aujourd’hui.

Alors que l’on connaît le lien étroit entre la naissance du musée et l’affirmation de l’État-nation en Europe, quelle est aujourd’hui la participation des personnes issues des diasporas africaines en France dans les musées (notamment ceux dits « ethnographiques”), à l’heure des débats portant sur la restitution d’objets mal acquis pendant la période coloniale et sur la décolonisation des savoirs ? Si, comme cet appel à projets l’indique, “(les diasporas africaines) enrichissent le patrimoine culturel national”, quelle part y prennent-elles dans l’interprétation, la documentation ou la gestion des objets qui y sont conservés ? Ces questions seront notamment explorées à travers l’expérience des participants au projet Zone de contact/Objet d’ailleurs porté par l’association Alter Natives. Héritages culturels et usages sociaux, basée à Montreuil, dont le travail s’inspire de concepts d’éducation populaire, de pratiques participatives et de la notion de musée comme “zone de contact” théorisée par l’anthropologue James Clifford.

Docteure de l’EHESS, Marian Nur Goni est historienne de l’art. Ses travaux portent principalement sur l’histoire de la photographie et de collections d’objets en/d’Afrique de l’Est, ainsi que sur les pratiques d’artistes, citoyens et activistes qui retravaillent des matériaux d’archives, soulevant par là des questions de transmissions de mémoires, d’écriture de l’histoire et de processus de patrimonialisation. Elle a co-fondé, avec Érika Nimis, le blog de recherche Fotota, sur la plateforme Hypothèses.org.

Elle est membre du projet de recherche International Inventories Programme qui associe chercheurs, artistes et professionnels de musée, issus des Musées nationaux du Kenya et du collectif d’artistes The Nest et Shift, autour d’un corpus d’objets kényans conservés dans des institutions patrimoniales situées hors du Kenya.