Reconfigurations diasporiques des réseaux pentecôtistes franco-suisses : Enjeux éducatifs, économiques et sociaux

Au cours des trois dernières décennies, l’émergence en nombre croissant d’Églises fondées par des migrants d’origine africaine a transformé le paysage religieux européen. En France comme en Suisse, les Églises africaines ont pris leur essor dès les années 1980 et de manière plus soutenue encore au cours des années 1990 et 2000. Ces Églises présentent souvent une composante charismatique/pentecôtiste prononcée et s’organisent en réseaux transnationaux adoptant une structure variable. Ces réseaux constituent le support d’une circulation de ressources, de personnes et de pratiques religieuses organisée par des liens d’affiliation tendant vers des processus d’accumulation de ressources dans certaines Églises. Cette recherche vise à questionner les modalités de reconfiguration de ces réseaux religieux transnationaux. Elle développe une analyse des enjeux sous-tendant la reconfiguration des réseaux diasporiques au profit des métropoles françaises ou du maintien de réseaux transnationaux orientés vers les capitales africaines. L’analyse porte sur les dimensions économiques, sociales et éducatives impliquées dans la reconfiguration des réseaux religieux. La méthode de recherche repose sur une enquête ethnographique au sein d’Églises issues de la diaspora africaine en France et en Suisse, entretenant des liens transnationaux entre elles de l’ordre de l’affiliation ou du parrainage. Elle inclut l’observation et la participation à des événements religieux au sein des Églises, des entretiens informels, des entretiens semi-structurés, l’analyse documentaire, ainsi que l’exploitation de données récoltées au cours d’enquêtes précédentes. Cette recherche permettra de comprendre comment la répartition des ressources économiques, les perspectives de mobilité sociale, les enjeux éducatifs ou identitaires s’articulent avec la reconfiguration transnationale des réseaux diasporiques africains.

Jeanne Rey est anthropologue, titulaire d’une thèse de doctorat à l’Institut de Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID) à Genève. Ses travaux portent sur la formation, la mobilité et les processus de transnationalisation dans les champs éducatifs et religieux. Depuis plus d’une décennie, elle a mené des recherches ethnographiques sur le développement des pratiques et réseaux religieux pentecôtistes dans le contexte de la diaspora africaine en Suisse, au Canada et au Ghana. Elle est notamment l’auteure d’un ouvrage intitulé Migration africaine et pentecôtisme en Suisse. Dispositifs rituels, pouvoirs, mobilités (Karthala, 2019). Jeanne Rey a collaboré ou dirigé de nombreuses recherches et travaillé dans plusieurs Universités en Europe et au Canada. Elle a notamment bénéficié du soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique pour conduire ses travaux. Jeanne Rey est actuellement professeure HEP à la Haute École pédagogique de Fribourg, responsable de l’unité de recherche TRAJECTOIRES, et affiliée au Département d’anthropologie et sociologie du Graduate Institute à Genève.