La solidarité des diasporas africaines à l’égard des migrants de transit. Entre institutionnalisation et criminalisation

[Cliquer ici pour avoir accès au rapport de recherche relatif à ce projet]

Dans le cadre de la Chaire « Disporas africaines » nous proposons de développer une partie d’un projet de recherche sur les formes de solidarités locales à l’égard des migrants de transit. Cette catégorie spécifique de l’immigration, dont l’inscription dans la ville ne représente qu’une étape dans le parcours migratoire, met à jour des enjeux singuliers dans la manière dont la solidarité et le soutien sont conçus et mobilisés. La recherche exploratoire vise à enquêter sur les formes de solidarités proposées et mises en place par les associations et collectifs des diasporas africaines, préalablement installés sur le territoire observé, à l’égard des migrant.e.s primo-arrivant.e.s. Elle explorera les définitions « émiques » de la solidarité et de l’engagement et il interrogera les interactions entre ces formes de solidarité et les institutions locales et nationales. Pour ce faire, le projet s’inscrit dans le domaine de l’anthropologie politique en mettent en relief les opportunités d’institutionnalisation, la tolérance ou la criminalisation de ces actions et interroge le système des opportunités institutionnelles, les politiques publiques de gestion de l’immigration et le cadre sécuritaire et policier en place. Dans une perspective anthropologique, la recherche prendra la forme d’une ethnographie dans deux grandes villes : Paris et Naples, deux « villes gares » européennes, qui s’affichent « accueillantes » dans des contextes de politiques migratoires nationales et internationales de plus en plus restrictives.

Marta Lotto : Docteure en anthropologie à l’université de Paris 8, elle a soutenu une thèse intitulée «La question migratoire au prisme des mobilisations : expériences, subjectivités et formes du politique », laquelle articule anthropologie des mouvements sociaux et sociologie des migrations. Rattachée au LAVUE UMR 7218 CNRS, elle s’intéresse à la question migratoire, l’engagement politique, les politiques de gestion de l’immigration et des mobilisations politiques et également aux déploiements des dispositifs étatiques de l’antiterrorisme (dans le cadre d’un projet MSH PN).