AXE II : Enjeux économiques et sociaux

L’analyse des flux financiers qui lient les membres des diasporas à leur pays d’origine est un classique des études économiques (remittancesbrain gain ou brain drain), mais de nouvelles approches se développent aussi autour des circulations inverses (du pays d’origine vers le pays d’accueil) et internes (entre les membres d’une diaspora ou entre différents groupes diasporiques). Les diasporas africaines apparaissent également, tant dans les pays d’accueil que d’origine, comme des ressources essentielles pour socialiser les individus, et pour diffuser certaines pratiques, certaines valeurs et certaines normes. Les capacités de transfert de savoir-faire, de compétences et de norme méritent ainsi d’être analysées autant que les montants financiers (social remittances). Cette influence se retrouve à travers les transferts d’activités entrepreneuriales, mais aussi de structures éducatives et de formations.

La religion a souvent un rôle de premier plan dans ces processus, car grâce à elle se forment des réseaux de mobilité et d’interaction entre la diaspora et les pays d’origine, ainsi qu’entre membres des différents groupes diasporiques. Ces réseaux sont à la base d’activités entrepreneuriales, d’échanges culturels et d’initiatives de formation qui ont un impact important sur les sociétés et les économies des pays d’accueil et des pays d’origine. Le pentecôtisme africain et l’islam subsaharien en particulier méritent toute notre attention car l’analyse de leurs rôles dans les processus de structuration des diasporas africaines en France et en Europe ont été trop peu étudiés au regard des nombreuses études sur les diasporas du Maghreb et du Moyen-Orient. L’assignation religieuse et/ou culturelle des membres des diasporas invite à analyser en outre les phénomènes de discrimination et les formes de racisme dont ils ont fait l’expérience au cours de leur histoire en France mérite d’être analysée en profondeur.

Les connaissances démographiques et sociologiques sur les diasporas africaines méritent enfin d’être actualisées, à la fois par des méthodes qualitatives et quantitatives, et confrontés aux savoirs acquis d’histoire sociale des présences africaines en France au XXème siècle.

Priorités thématiques :

  • Nommer, compter : approches démographiques des diasporas africaines en France;
  • Présences africaines en France au XXème siècle : histoire sociale;
  • Apports économiques de la diaspora africaine aux pays d’accueil ;
  • Pratiques entrepreneuriales au sein des diasporas africaines ;
  • Réseaux commerciaux et entrepreneuriaux entre la diaspora et les pays d’origine ;
  • Circulation de savoirs et de pratiques entrepreneuriales entre membres des diasporas, entre la diaspora et les pays d’origine, et entre les pays d’origine et les pays d’accueil ;
  • Religion et réseaux de mobilité entre diaspora et pays d’origine ;
  • Interactions entre Pentecôtisme et Islam africains en France et en Europe ;
  • Pentecôtisme et processus de structuration des diasporas africaines en France et en Europe ;
  • Religion et entrepreneuriat dans la diaspora ;
  • Religion et éducation dans la diaspora ;
  • Le vécu des discriminations et l’expérience du racisme ;
  • Dynamiques de recompositions familiales africaines en diaspora;
  • Mobilités liées au travail, mobilités familiales, mobilités étudiantes;
  • Diaspora et classes sociales;
  • Diaspora, vieillissement et protection soc

Projets soutenus (2019-2020):

  1. Pratiques entrepreneuriales au sein des diasporas africaines en France : profils, formes d’activités et enjeux économiques (Charles Simplice Mbatsogo et Yovic Ayivi)
  2. Mobilisations de femmes afro-descendantes en France hexagonale dans la lutte contre le racisme et le sexisme, années 1960-2000 (Pamela Ohene-Nyako)
  3. Elites diasporiques africaines et sénégalaises « de retour » de France et des Etats-Unis au Sénégal : identités, appartenances, privilèges (Hélène Quashie)
  4. Reconfigurations diasporiques des réseaux pentecôtistes franco-suisses : Enjeux éducatifs, économiques et sociaux (Jeanne Rey)