Projet de recherche: « Dynamiques diasporiques et culture médiatique »

Pendant longtemps, les Africains de la diaspora ont été exclus de toute participation politique directe au sein des systèmes étatiques des pays d’origine, notamment dans une Afrique francophone dominée par des partis uniques et des régimes autoritaires. Dans ces conditions les liens avec les pays d’origine se caractérisent principalement par les transferts d’argent et de biens que les migrants envoient aux membres de leur famille. Rappelons que les sommes envoyées par les travailleurs migrants, qui représentent jusqu’à un tiers de l’économie de certains pays du Sud, se sont établit à 554 milliards en 2019 selon le Fonds Monétaire International.

Toutefois, les liens des migrants avec leur pays d’origine ont évolué au fil des décennies : initialement, les contacts avec le pays d’origine se faisaient principalement au niveau privé ou local. Avec les mutations démocratiques initiées au début des années 1990, l’intérêt de pouvoir participer politiquement dans la communauté ou le pays d’origine s’est accru en Afrique francophone. Ceci est particulièrement perceptible par le nombre croissant d’organisations de migrants fondées en Europe et en Amérique du Nord au cours des trente dernières années. Cette évolution des mentalités et des attentes des diasporas africaines indique que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les migrants n’entendent pas rompre le lien social et politique avec leur lieu d’origine, mais qu’ils le rétablissent grâce à des formes d’organisation transnationales. L’objectif in fine est d’infléchir les politiques publiques des pays d’origines.

Notre étude porte essentiellement sur l’appropriation des réseaux sociaux en tant qu’espaces transnationaux de prise de position politique. Elle entend montrer que l’engagement politique des diasporas passe aussi et surtout par la conquête d’espaces publiques transnationaux. Ces espaces médiatiques composés de chaînes Youtube, de blogs, de pages Facebook, de comptes Twitter rendent l’engagement politique des diasporas africaines visibles à un large public dans le pays d’origine et bien au-delà. On peut considérer que ce changement de paradigme correspond au tournant médiatique qui a fait des réseaux sociaux le lieu d’expression des voix marginales ou exclues par les canaux officiels. Les récentes études sur les diasporas dans le monde rendent compte d’un usage massif des réseaux sociaux et par conséquent d’une interrelation productive entre le pays d’accueil et le pays d’origine. Cela concerne les productions culturelles, les transferts sociaux (Levitt : 1998) mais aussi l’implication politique des populations en mouvement. Selon les Global Digital Reports (Kroll : 2019), le continent africain se caractérise par les taux de croissance des utilisateurs numériques les plus élevés, soit plus de vingt pour cent, ce qui explique en grande partie l’importance des nouveaux médias et la dynamique de ces échanges.

Journaliste de formation et aujourd’hui animateur d’une chaîne Youtube, Jonas Moulenda s’exile en France à la suite d’un contentieux avec le pouvoir en place au Gabon. Il se dit menacé de mort et rejoint en 2015 un groupe d’une centaine d’intellectuels, d’hommes politiques et d’activistes qui quittent ce pays pour créer un mouvement d’opposition qui se retrouve chaque samedi au Trocadero à Paris pour réclamer des élections libres et transparentes. Ce groupe est présent à la fois sur le terrain mais aussi et surtout sur les réseaux sociaux. L’ampleur des activités de ce groupe avant et après les élections de 2016 au Gabon a été qualifiée de moment inédit dans l’histoire de l’engagement politique de la diaspora africaine en France par les médias africains et français, mais aussi en partie par les acteurs eux-mêmes. On observe le mouvement dans la diaspora congolaise et camerounaise de France. Ce changement s’exprime dans la réception des événements dans les médias transnationaux (TV5, France 24, Africa 24, Jeune Afrique, etc.), qui ont largement rendu compte des mouvements de protestation devant les ambassades de ces pays à Paris et au Trocadero en 2016 et en 2017.

Mon étude vise à montrer que l’engagement politique de ces diasporas n’est pas aussi inattendu qu’on le pense, mais devrait plutôt être évalué comme l’expression d’un changement de paradigme dans l’organisation politique des diasporas africaines en Europe, qui prend place dans différentes formes d’interaction et de communication. Nous nous intéresserons principalement aux formes d’interaction et de communication. Le projet de recherche vise à analyser la production d’une série de vidéos en ligne et quelques émissions de web TV animés par les membres de la diaspora gabonaise (Cas de Jonas Moulenda), congolaise et camerounaise en Europe et en Amérique du Nord ainsi que la fonction des médias sociaux (social media) en relation avec les processus de démocratisation dans les sociétés de l’Afrique francophone entre 2015 et 2017. Dans le cadre de cette étude, qui fait appel à l’approche biographique (Identité et trajectoires des Youtubeurs) mais aussi aux notions de champs politiques (Bourdieu), de prise de position et de posture (Meizoz) et de discours (Foucault/Mbembe), les médias sociaux ne sont pas considérés isolément, mais ils sont examinés au regard des conditions et de la réalité diasporique comme moyens de construction d’un espace spécifique de communication et un lieu d’une production identitaire, l’identité diasporique. Leur fonction spécifique dans le contexte des processus électoraux au Gabon, au Congo et au Cameroun sera analysée de manière systématique et inclusive. Nous nous intéresserons en particulier aux formes et aux conditions de construction d’une posture politique et d’une identité diasporique à travers la production d’un « contre-discours » politique et de différentes formes d’autostylisation. Sur le plan théorique et méthodologique, l’étude se concentre principalement sur les dimensions sociales, linguistiques et symboliques du discours. Elle prend également comme objet la mise en scène et la mise en discours de soi dans les vidéos.

Coordinateur du projet: Sylvère Mbondobari